Etre compositeur en 2015

Victime des nouvelles technologies et de la baisse du financement public, délaissé par le public, obligé de mener une « double-vie »… Voilà un métier, par essence, précaire car rémunérer les compositeurs à la juste valeur de leur travail n’est pas tâche facile, d’autant plus que le temps passé à la réflexion et à la recherche est peu monétisable. S’ils restent encore dans l’ombre de leurs illustres aînés (le top 100 des titres les plus profitables ne comporte aucune œuvre d’un compositeur vivant), ils jouent cependant un rôle primordial dans la vie culturelle française et renouent peu à peu avec leur public.

Une condition plus qu’un métier ?

Les sources de revenus pour un compositeur sont les commandes d’œuvre et les droits d’auteur. Le ministère de la Culture a établi un barème qui établit le prix d’une œuvre selon la catégorie, la durée de la pièce et le nombre d’instruments ; par exemple de 13.500 euros à 38.500 euros pour un opéra, de 8.000 euros à 11.500 euros pour une œuvre musicale destinée à un ensemble de 8 à 14 musiciens. Mais ce montant fait l’objet bien trop souvent de négociations de la part des commanditaires, parfois même les jeunes compositeurs pour se faire connaître, doivent faire des concessions allant jusqu’à la gratuité. Les droits d’auteur ayant fortement diminué (les diffusions radio et télévisuelles sont les plus gratifiantes pour les auteurs mais aussi les plus rares), les compositeurs cumulent pour la majorité des activités d’enseignant et/ou d’interprète.

L’avenir de la création musicale

Le festival Musica qui s’est tenu à Strasbourg début octobre, rendez-vous incontournable de la musique contemporaine, favorise de plus en plus la création de passerelles entre la musique et les autres arts comme la danse, le théâtre, la vidéo, etc. « Inferno » de Yann Robin présenté cette année en est un exemple de création musicale et vidéo. Ce mélange des arts contribue alors à « rassurer » l’auditoire par rapport à la réputation d’hermétisme que peut avoir la musique contemporaine. Le crowdfunding de plus en plus utilisé peut aider également à impliquer davantage le public dans le devenir de la création musicale.

 

Laisser un commentaire