#Edition jeunesse : Pourquoi tant de salons?

En France, le plus important salon de littérature jeunesse se tient à Montreuil, mais de nombreuses communes en organisent tout au long de l’année.

Le Salon de l’Illustration et du Livre de Jeunesse se tiendra à Strasbourg du 13 au 15 novembre. En même temps aura lieu à Fougères la 31ème édition du plus grand salon du livre jeunesse de Bretagne. Les 28 et 29 novembre, c’est à Saint-Martin-des-Champs en Bretagne également qu’aura lieu la 4ème édition du Salon du livre Jeunesse, La Baie des livres, sur le thème « Même pas peur ». En parallèle, la Quinzaine du livre jeunesse aura lieu du 12 au 21 novembre dans la bibliothèque de Truyes en Indre-et-Loire avec une exposition-vente de livres jeunesse. Et en Seine-et-Marne c’est du 7 au 22 novembre qu’aura lieu le Festival « Mille trésors en création », quinzaine du livre jeunesse dans cette petite commune de Brie-Comte-Robert.

Pas la peine de poursuivre ce tour de France des salons de littérature jeunesse pour constater qu’ils foisonnent. Ils permettent la rencontre de tous les acteurs du domaine : auteurs-illustrateurs, éditeurs, enfants, et grands enfants – autrement appelés adultes. Leur mission est axée vers la démocratisation de la lecture et la valorisation de la création, avec une volonté commerciale également présente. La réussite de ces salons montrent que la littérature jeunesse sait fédérer un grand nombre d’acteurs publics, privés et institutionnels sur les territoires : médiathèques, librairies, écoles, cinémas… Autour du produit du livre jeunesse, grand nombre d’activités attirent les participants : spectacles, expositions, tables rondes, ateliers, cinéma, jeux, lectures, rencontres… Chaque salon y va de son histoire et originalité (vivent la Boum qui clôturera le Festival à Fougères, les scénographies toujours plus réfléchies, les rencontres-auteurs toujours plus inédites et méritées…).

En parallèle de cet engouement, l’état financier des salons est fragile. En octobre dernier, le Salon régional du livre pour la jeunesse à Troyes a duré 4 journées au lieu de 5 en raison d’une baisse de subventions. Notons cependant que dans le débat très vif de la (non) rémunération des auteurs lors des salons de livres, les salons jeunesse innovent car leurs organisateurs rémunèrent les auteurs lorsqu’ils participent à un débat ou une table ronde, ce qui n’est pas encore le cas dans l’édition en général.

 

Sources:

-           http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Communes/Truyes/n/Contenus/Articles/2015/11/09/Quinzaine-du-livre-jeunesse-a-la-bibliotheque-2525998

-          http://www.ouest-france.fr/salon-du-livre-jeunesse-les-stars-des-enfants-de-retour-fougeres-3825334

-          http://www.rue89strasbourg.com/index.php/evenements/salon-de-lillustration-et-du-livre-de-jeunesse/

-          http://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/livre-jeunesse-la-baie-des-livres-au-roudour-06-11-2015-10839427.php

-          http://www.lest-eclair.fr/348220/article/2015-09-24/salon-regional-du-livre-pour-la-jeunesse-une-29e-edition-plus-condensee

-          http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20151012.OBS7494/remunerer-les-auteurs-sur-les-salons-du-livre-une-evidence.html

Laisser un commentaire