Avec #Ca ira (1) Fin de Louis Joël Pommerat joue la modernité

La nouvelle pièce de Joël Pommerat aux Amandiers est l’évènement phare des amoureux du théâtre.  Dans un monde bouleversé par les printemps révolutionnaires, alors que l’Europe est secouée par le retour des nationalismes et la radicalisation, l’auteur et metteur en scène interroge l’histoire de la Révolution française. Comment s’emparer de cette matière historique bouillonnante et éclairer ses liens avec notre présent ? Il plonge le spectateur dans le grand bain de l’histoire!

 

08-27Re349-714x475

 

« Il ne s’agit pas d’une pièce politique mais d’une pièce dont le sujet est la politique »

La Révolution nous concerne aujourd’hui ! Il veut que le spectateur se positionne comme un contemporain de ces évènements. D’où l’importance pour lui de créer une mise en scène qui fasse écho à la réalité du spectateur. La temporalité de la pièce n’est pas vraiment définie. Il crée un décalage pour reconstruire une réalité. Joël Pommerat adopte le positionnement de l’ignorant, du naïf. Il propose une expérience à vivre dans le temps de la représentation.  Ce n ‘est pas une pièce sur la Révolution française mais au coeur de la Révolution française.

 

08-20Re212
« Les héros de cette pièce ce sont les idées »
Les grandes figures de la Révolution, Robespierre, Danton, Marat ne sont pas directement représentés. Joël Pommerat s’intéresse plutôt à la députée Lefranc, au versatile Gigart ou bien encore à la très revancharde députée Versan de Faillie, autant de portraits imaginaires. Pommerat tient ainsi à nous montrer une version qui se veut plus proche de l’histoire avec un petit h comme des vrais gens qui l’ont incarnée.

08-20Re083-554x370

« Une pièce galvanisante »
Le spectateur est immergé dans le processus révolutionnaire. Il est plongé au coeur  l’Assemblée éprouve des chocs, des réflexions comme s’il découvrait l’histoire. L’expérience est troublante ! Cette pièce incarne vraiment la notion de « spectacle vivant », le spectateur reste 4h30 avec les « révolutionnaires », l’atmosphère est bruyante, palpitante et épuisante ! Le spectateur voit les scènes s’enchainer à un rythme effréné, les comédiens se coupent la parole, hurlent, court dans tous les coins de la salle. Joël Pommerat met la parole de l’acteur au centre et la confronte à la large assemblée de spectateurs. L’écriture de la pièce repose sur des archives, des discours afin de « reconstituer une réalité dont nous n’avons pas été témoins ».
Webographie :
http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-1ere-partie-joel-pommerat-le-theatre-fait-la-revolution-2015-11-11
http://www.nanterre-amandiers.com/2015-2016/ca-ira-1-fin-de-louis/
http://publikart.net/la-grande-histoire-de-joel-pommerat-pour-un-regard-captivant-sur-la-revolution-francaise/#
http://www.franceinfo.fr/emission/info-culture/2015-2016/info-culture-2015-2016-du-09-11-2015-09-11-2015-08-57
http://mouvement.net/critiques/critiques/debats-revolutionnaires
http://lestroiscoups.fr/ca-ira-1-fin-de-louis-de-joel-pommerat-theatre-nanterre-amandiers-a-nanterre/
http://www.theatre-video.net/video/Ca-ira-1-Fin-de-Louis

Laisser un commentaire