Le #JeuVidéo : frère ennemi des tueries

Suite à une tuerie, un thème revient toujours sur la table : les jeux vidéo et leur rôle dans l’influence des auteurs de crimes violents. Les événements du 13 novembre à Paris n’échappent pas à la règle.

La question des rapports entre jeu vidéo et société a été mondialisée par la fusillade dans un lycée aux Etats-Unis en 1999 (Columbine). Elle est toujours d’actualité. Suite aux attentats de Paris, certains éditeurs ont suspendu leurs campagnes de publicité concernant des jeux de tirs (Ubisoft – « Rainbow six siege » ; Activision – « Call of duty : Black Ops III »). Ils semblent ici confirmer malgré eux que ce type de jeu pourrait avoir des effets néfastes sur le joueur.

Terroriste, auteur de tuerie massive et joueur de vidéo sont souvent présentés de manière indissociable. Un des terroristes de Paris est d’ailleurs décrit dans les journaux comme un amateur de jeux vidéo. Les terroristes de Paris auraient utilisé la Playstation 4 pour communiquer via l’application sur IP intégrée au réseau PlayStation Network. De même, les auteurs de la tuerie de Columbine étaient connus pour aimer les jeux de tir. De plus, Anders Breivk, auteur du double attentat norvégien, évoque dans un journal de bord ses jeux préférés, dont Call of Duty : Modern Warfare 2, qui selon lui est la « meilleure simulation militaire du marché » et fait partie de son entraînement.

Mais parfois les stéréotypes véhiculés dans les médias ne correspondent pas à la réalité. Par exemple, dans son manifeste, bien qu’Anders Breivik écrive que Modern Warfare 2 fût pour lui un entraînement, il affirme que ce type de jeu ne l’intéresse pas vraiment et serait plus un fan de jeux de rôles fantastiques. Il n’est pas non plus un joueur « accro » et s’accorde du temps pour se détendre.

Tout ceci amène certains joueurs à s’exprimer sur la question de rejouer ou non à ces jeux après les attentats de Paris. Quand d’autres disent les éviter, d’autres sont retournés à leur jeu habituel, affirmant qu’ils n’ont jamais fait de lien entre jeu vidéo et attentat terroriste. D’ailleurs, sorti le 19 novembre, le jeu de tirs « Star Wars Battlefront aurait réalisé un record de ventes.

Certains jeux ont même pour thème des attentats : par exemple [8:46] : World Trade Center, sorti le 3 novembre. Créé par des étudiants français, ce jeu place le joueur dans une des tours et lui permet de vivre les attentats de l’intérieur. Toutefois, le jeu vidéo est également utilisé à bon escient et peut véhiculer une image positive suite à des tragédies : les joueurs du jeu Minecraft ont rendu par exemple un hommage aux victimes des attentats du 13 Novembre, par la fabrication de drapeaux français géants ou encore de la Tour Eiffel.

Saut de ligne

Pendant ce temps là, l’actu en bref.

Cette semaine, la firme du jeu Little big planet 3 nous informe via les réseaux sociaux qu’on pourra prochainement habiller les Sack Boys avec le costume de Doctor Who, personnage principal de la série du même nom.

A la date du 22 novembre 2015, la playstation 4 s’est vendue à 30.2 millions d’exemplaires, depuis sa sortie mi-novembre 2013. C’est la console de Sony qui a connu la plus forte croissance. Elle devrait continuer sur sa lancée, grâce à son prix qui a récemment baissé, mais également avec la sortie  de jeux phares en 2016 (Uncharted 4, Horizon : Zero dawn)

Les ingénieurs de NVIDIA, en partenariat avec des chercheurs de l’université américaine de Stanford,  travaillent sur une nouvelle technologie concernant les casques de réalité virtuelle afin d’optimiser le rendu des contenus de réalité virtuelle. Un de leurs objectifs est d’éliminer des effets secondaires que la réalité virtuelle pourrait provoquer chez certaines personnes, comme la nausée ou la fatigue oculaire. Cette nouvelle technologie permettrait également d’avoir un rendu plus proche de ce que perçoit l’oeil dans la réalité.

Saut de ligne

Sources

Laisser un commentaire