#Art & #Numérique : Iconem à la rescousse du patrimoine

Temple de Bel - Syrie
©Iconem.com
Temple de Bel, Syrie
Iconem, c’est le genre de startup qui redonne foi en l’humanité. Créée en 2012 par Yves Ubelmann, architecte spécialisé en archéologie et Philippe Barthélémy, ancien pilote, Iconem est aujourd’hui la seule entité à disposer d’une technologie comme la leur. En effet, la particularité de Iconem c’est de recréer en 3D des monuments à haute valeur historique qui ont disparu ou qui sont en grand danger de destruction.
Après de nombreux voyages dans le cadre de ses études (y compris la Syrie, l’Iran, l’Afghanistan et le Pakistan) en tant qu’architecte freelance, Yves Ubelmann s’est rendu compte que de nombreux sites remarquables étaient peu documentés, parfois dans des zones très reculées et sujets à la détérioration dû à un entretien limité voir inexistant mais surtout en raison, parfois, à leur présence dans des zones de guerres. Ainsi, Yves Ubelmann s’est rendu compte de la réelle urgence de documenter correctement ces monuments en voie de disparition.
Malheureusement, il s’est trouvé confronté à la technologie limitée de la reproduction 3D et notamment la technologie de la photogrammétrie permettant une recomposition en 3D d’un bâtiment à partir d’un nombre limité de photos en 2D.
Au tout début, c’est donc en compagnie de quelques chercheurs que Yves s’est mis en route pour l’Afghanistan dans le but de prendre des clichés d’un site archeologique situé sur une mine de cuivre.

 

C’est ensuite avec Philippe Barthélémy, passionné de drones, que l’entreprise s’est créée pour (re)donner vie aux témoins de pierre du passé.
Par exemple, grâce à leur technologie et leur engagement, Iconem a pu récupérer plus de 20 000 clichés de la cité de Palmyre, juste après que Daesh ait quitté les lieux, pour fournir aux autorités compétentes (comme l’UNESCO) une documentation précise et riche en vue de la restauration des lieux.

 

Désormais, Iconem fait appel à tous pour envoyer les photos de sites aujourd’hui disparu ou détruit partiellement afin de reconstituer en 3D certains édifices riches d’histoire et de mémoire.
Il s’agit maintenant de sensibiliser les États à la sauvegarde numérique de bâtiments anciens : le gouvernement Afghan et d’Oman l’ont compris et travaillent aujourd’hui en collaboration avec Iconem !

 

Sources :

Laisser un commentaire