Mama/Papa Carnaval: un spectacle hybride de #théâtre, #cirque, #danse et #musique

Mama Papa Carnaval – Cridacompany © Julien Vittecoq

Lorsque nous nous dirigeons le soir du 18 octobre vers l’Espace Bonnefoy pour la grande première du spectacle Mama/Papa Carnaval, aucun de nous ne sait à quoi s’attendre. Les rares informations que nous avons pu trouver sur le spectacle restent en effet très obscures. Du théâtre, de la danse, de la musique… Du cirque mais pas vraiment du cirque. Voilà tout ce que nous savions en entrant dans la salle qui affichait complet.

Les lumières s’éteignent et deux personnages incongrus arrivent sur scène, l’un arborant une casque jaune et l’autre une rouge. S’en suit un numéro décalé et burlesque qui déclenche les rires déchaînés de certains et l’incompréhension des autres – dont j’avoue avoir fait partie. Alors que ces deux personnages inspirés de l’univers du film « Paris-Texas » de Wim Wenders sortent de scène, un autre duo prend la suite – toujours dans ce style absurde et presque grotesque qui caractérise ce spectacle – mêlant cette fois-ci travestissement et danse cumbia.

Les numéros des deux duos s’enchaînent ainsi dans un rythme effréné, où l’on retrouve certains personnages et en découvre d’autres dans des scénarios toujours aussi loufoques à l’humour déroutant. Echange rythmé de casquettes, performance musicale à l’accordéon, danse et poissons chantant, tous les styles se mêlent dans un décor quasi-inexistant qui met en valeur l’humain avant tout.

 

Le duo masculin et le duo féminin cohabitent sur scène sans jamais se croiser jusqu’à la scène finale, où le quatuor se forme enfin. C’est de la même façon que s’est créé le spectacle puisque Julien Vittecoq et Jur Domingo, membres fondateurs de la Cridacompany, ont choisi de se sépare et de chacun faire appel à un autre artiste pour travailler leur duo indépendamment. Jur Domingo, comédienne et chanteuse catalane sortie du Lido (centre des arts du cirque de Toulouse où elle a rencontré Julien), a invité Marta Torrents, comédienne et voltigeuse espagnole venant du monde de la danse. Julien Vittecoq a lui choisi de collaborer avec Claudio Stellato, acrobate et comédien italien provenant du théâtre de rue, avec qui il partage le goût des personnages et des situations décalés. Mama et Papa pour les deux duos, féminin et masculin. Et pourquoi donc Carnaval ? Le titre du spectacle fait en fait référence au Carnaval de Dunkerque qui a inspiré la compagnie « Nous y avons découvert des rituels à grands risques corporels, des choses hallucinantes… ». Comme dans un carnaval, le spectacle offre l’occasion aux artistes de changer de peau, d’incarner des personnages surréalistes, et de nous emporter vers l’inconnu.

En résumé, Mama/Papa Carnaval : un vrai pari qui a remporté le cœur, ou du moins le rire, de certains et en a laissé d’autres perplexes, comme ce fût le cas de notre classe.

Laisser un commentaire