#Art & #Numérique : What.CD ferme définitivement ses portes

what.cd

Jeudi dernier, What.cd a annoncé sur son compte twitter la fermeture définitive de son site internet de partage de torrent.

Due to some recent events, What.CD is shutting down. We are not likely to return any time soon in our current form. 1/2

— What.CD (@whatcd) 17 novembre 2016

Saisie par la police française alertée par la SACEM, la fermeture suit la lente (mais certaine ?) disparition des sites de torrent. Après Mégaupload (comparé par certains à What.cd), the pirate bay, et tant d’autres, la fermeture de What.cd a fait des émules parmi la communauté très confidentielle de What.CD.

What.CD, quèsaco ?

Fondé en 2007 après la fermeture de Oink’s Pink Palace, What.cd est, tout comme son prédécesseur, un Tracker BitTorrent qui utilise donc le principe du peer-to-peer pour le partage de fichiers. En décembre 2010, What.cd atteint le record de 1 millions de torrent disponible sur sa plateforme. Considéré par certains comme la bibliothèque d’Alexandrie du web, la plateforme What.CD regroupait en effet de nombreux titres non accessibles autre part. Certains artistes sont même soupçonné d’avoir contribué à l’enrichissement de la plateforme en proposant en avant première des titres inédit. Par exemple, la maison de disques Open Your Eyes records avait annoncé un partenariat avec What.CD en décembre 2008 et publierait ses sorties en exclusivité sur la plateforme BitTorrent. Certains fan de Radiohead avaient aussi spéculé que leur titre These are my Twisted Words avait été rendu disponible sur la plateforme par l’un des membres du groupe. Rien n’a jamais été prouvé cependant.

Autre spécificité de What.CD, il fallait être coopté ou passer un entretien pour pouvoir accéder à la plateforme. Seul des collectionneurs et connaisseurs avaient donc accès à cette plateforme.

What.CD, un modèle de vertu ?

Mise à part la disponibilité illégale des morceaux sur la plateforme, What.CD était véritablement une « bibliothèque ultime ». Fan de Disco Algérienne des années 70 ? Sur What.CD tu trouveras. En effet, What.CD, c’était avant tout une communauté de passionnés où on pouvait encore dénicher des morceaux disparu du marché légal.

Avec la disparition des sites de torrents et la montée du streaming légal (dont nous avons parlé dans un précédent article !), est-ce que c’est la fin de la musique hors monopole des majors ?

En effet, les plus victime des sites comme What.CD, ce sont avant tout les majors car de nos jours, les artistes ne touchent plus la majorité de leur revenu avec la vente de morceaux mais plus avec les ventes de places de concert et de merchandising.

Quel futur pour le partage musical ?

Jamais on ne se sentirait dans l’illégalité en partageant un CD nous appartenant à un ami. Alors pourquoi n’est-ce pas toléré lorsqu’on passe sur internet ? Tout est dans la notion de « reproduction ». Prêter un CD, ça veut dire ne plus le posséder pendant le temps où notre ami l’écoute. À l’inverse, on peut envoyer un morceau de musique par mél à un ami et toujours le retrouver sur notre propre ordinateur.

La montée des sites de streaming est le témoignage de l’émergence d’un nouveau modèle économique. On n’écoute plus un album entier, mais plutôt des morceaux éparses. Est-ce un mal ou un bien ? Difficile de statuer car finalement, la génération Y est dotée d’une culture musicale très éclectique et jamais les festivals et concerts n’ont recensé autant de spectateurs.

Aussi, chacun peut partager sa musique comme il l’entend. Souncloud ou encore Youtube sont de bonnes plateformes pour diffuser sa musique et de nos jours, les artistes sont souvent découvers via ce biais.

Tout n’est donc pas perdu ! D’autant que What.CD dément la destruction totale de sa base de donées. Peut-être le site va-t-il réapparaître sous une autre forme… ?

Pour aller plus loin, je vous conseille vivement un très bon documentaire sur la chute de The Pirate Bay :

 

SOURCES

http://www.numerama.com/pop-culture/210068-copyrightmadness-what-cd-orange-mecanique-eric-besson-calissons-daix.html

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/11/18/nom-discret-mais-prestigieux-du-piratage-what-cd-ferme-ses-portes_5033446_4408996.html

http://www.zdnet.fr/actualites/whatcd-encore-un-tracker-torrent-ferme-suite-a-la-saisie-de-ses-serveurs-39844838.htm

http://www.01net.com/actualites/les-pirates-melomanes-pleurent-la-fermeture-du-tracker-what-c-1061207.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/What.CD

http://www.journaldugeek.com/2016/11/18/autorites-what-cd-ferme/

https://blogs.mediapart.fr/jean-jacques-birge/blog/211116/faut-il-se-rejouir-de-la-fermeture-dun-site-comme-whatcd

 

Laisser un commentaire