#Festivals de #MusiqueActuelle en #IledeFrance : Un essor mouvementé.

festival musique

L’Île de France est le grand berceau des festivals de musiques actuelles français. Malgré une baisse drastique des subventions publiques, ceux-ci se développent, portés par un enthousiasme croissant autour de la scène électro.

 

Les festivals de musique enchantent la France entière par leur diversité. Ils rassemblent des personnes issues d’horizons lointains venues vibrer au rythme d’artistes tout aussi différents. Pour les régions d’accueil, les festivals sont de prestigieux ambassadeurs à l’origine d’importantes retombées économiques.

L’Île de France est la région la plus riche en termes de nombre de festivals. En 2015, 217 festivals de musique actuelle étaient recensés sur sol Francilien, soit presque 14% de l’offre nationale.
Les musiques électroniques sont aujourd’hui les plus représentées, avec 60% de l’offre festivalière en Île de France.

 

Cependant, malgré le nombre impressionnant de festivals en France, l’industrie n’est pas aussi fleurissante que l’on pourrait le croire au premier abord. L’année 2014 a en effet vu le nombre de festivals disparus exploser. En 2013, 35 festivals de musique actuelles avaient disparu en France, contre 91 en 2014 puis 92 en 2015. Notons tout de même que le solde net de création festivalière est resté positif sur cette période.

Ce sont les festivals de Jazz, Blues et Musiques du Monde qui ont le plus été touchés par cette vague dévastatrice. Il s’agissait pour beaucoup d’entre eux, de festivals en partie ou entièrement gratuits, qui comptaient largement sur les subventions publiques.

L’Île de France suit elle aussi cette tendance négative. A titre d’exemple, le festival Île de France, une structure vielle de plus de 40 ans, créatrice de nombreux concerts et master classes accessibles notamment aux étudiants, a dû fermer ces portes en 2017 après une baisse des subventions publiques de 68%.

La chute des subventions publiques laisse d’importantes traces dans la mosaïque des festivals français.

 

Pour répondre à la question de la prospérité d’un festival, il est donc primordial de s’intéresser à son modèle économique. 60% des festivals créés entre 2013 et 2015 étaient payants. La prospérité semble être du côté des festivals ne dépendant pas entièrement des subventions publiques.

La programmation joue également un rôle certain. Comment ignorer l’engouement généralisé pour les musiques électroniques ? Pour un festival, une programmation réunissant des têtes d’affiche « électro » est synonyme d’audience large puisque le public, français et étranger, est friands de ce style musical.

L’Île de France a ainsi été témoin de deux phénomènes simultanés : La multiplication de festivals centrés sur l’électro d’une part, et l’arrivée croissante d’artistes de la scène électro dans la programmation de festivals majeurs d’autre part.

festivalrockenseine2017programmation

 

 

 

SOURCES

La Croix : https://www.la-croix.com/Culture/Musique/La-France-compte-1-615-festivals-de-musiques-actuelles-2015-04-30-1308072

Sacem : https://societe.sacem.fr/repimg/fr/live/v4/La-Sacem/Ressources_presse/Etudes/En_images_Les_Musiques_Electroniques_en_France.pdf

AMF : http://www.maire-info.com/culture-sports-et-loisirs/culture/depuis-2014-les-disparitions-de-festivals-ont-nettement-augmente-article-19495

Le Point : http://www.lepoint.fr/culture/festivals-de-musiques-actuelles-en-france-une-diversite-payante-22-07-2017-2145110_3.php

Festival Île de France : https://www.festival-idf.fr/fr/blog/fin-de-partie

Laisser un commentaire