#IntelligenceArtificielle 1 – 0 #Artistes traditionnels

Jusqu’à la fin du mois d’octobre, l’université Toulouse Capitole 1 a le privilège d’accueillir en ses locaux des œuvres de Jon McCormack. Cet artiste et chercheur australien est l’un des premiers représentants du mouvement du creative coding, dont l’objet est de faire de l’informatique un moyen d’expression. L’artiste code des algorithmes, lesquels aboutissent à une œuvre d’art. En l’occurrence, l’une des œuvres exposées permet à différents « agents » de mettre en place des stratégies représentées sur un écran, qui, de manière autonome, créent un éco-système de configurations infinies. A ce point, une certaine vie artificielle devient acteur d’art.

 

Une IA pour augmenter la création artistique

Quand la machine est dotée d’une intelligence, qui inclue par la suite des sentiments et des émotions (nous avions défini l’IA ici), nous pouvons considérer qu’elle détient la capacité de stimuler et éventuellement augmenter la création artistique.

En avril 2016, des chercheurs de chez Microsoft créent une intelligence artificielle capable d’analyser l’œuvre de Rembrandt, en étudier la technique et reproduire un chef d’œuvre du maître.

Une intelligence artificielle analyse l'oeuvre et la technique de Rembrandt pour en reproduire un tableau

 

Mieux encore, des chercheurs de l’université de Rutgers, Nez Jersey, réalisent une enquête de préférences présentée en juin dernier. Ils comparent des peintures réalisées par des intelligences artificielles (fondées sur des œuvres existantes) à des œuvres créées par des hommes. L’échantillon de population observée affirmera préférer les travaux réalisés par les machines.

Cet exemple permet dès lors de requestionner la définition d’un chef d’œuvre. Si la reproduction est exacte, est-ce un chef d’œuvre ? Un robot pourvu d’IA est-il en mesure d’en créer également ?

 

Doit-on redéfinir le statut d’artiste et l’oeuvre d’art ?

« L’AI relève à la fois de la recherche, de la science, et de la technique. »

Il devient courant que des artistes expriment leur art en utilisant la technologie, laquelle peut devenir elle-même objet d’art, à l’instar de chez McCormack. La technique permet l’art, la technologie le pourrait-elle aussi ?

Puisqu’il est doté de ses propres jugement et créativité, l’AI dépasse l’homme. Le chef d’oeuvre doit-il être attribué à l’homme ou à la machine qu’il a créée ? Peut-on appeler les produits créatifs de l’AI des œuvres d’art ou ces derniers ne restent-ils que des artifices ?

 

Sources :

http://www.ut-capitole.fr/campus/culture/exhibition-the-evolutive-numerical-art-of-jon-mccormack-657230.kjsp

http://www.huffingtonpost.fr/2016/06/10/robots-art-intelligence-artificielle_n_10395534.html

http://www.cite-sciences.fr/fr/ressources/science-actualites/detail/news/quand-lintelligence-artificielle-se-fait-artiste/?tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=2abbb8ad7e90130e4a2c483b895f5e83

http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2016/05/23/32001-20160523ARTFIG00233-google-veut-faire-de-l-art-avec-l-intelligence-artificielle.php

https://usbeketrica.com/article/intelligence-artificielle-art-ou-artifice

Laisser un commentaire