#TV et #publicité : quelles sont les voies de croissance étudiées par la consultation ouverte du ministère de la Culture ?

TV

Face à la concurrence des géants du Web qui proposent aux annonceurs des espaces publicitaires en adéquation avec leurs cibles, la télévision peine à se renouveler pour rester attractive auprès des grandes marques.  Quelles dynamiques sont à l’étude aujourd’hui pour la publicité télévisée de demain ?

TV

Une dynamique étatique pour l’ouverture de nouveaux marchés

Vendredi 13 octobre s’est clôturée une consultation ouverte par le ministère de la Culture (lien les échos) en août au sujet de la réglementation de la publicité à la télévision.

Depuis le décret du 27 mars 1992 , les publicités concernant le cinéma, l’édition ainsi que les opérations promotionnelles de distribution sont interdites à la télévision française. La consultation du ministère vise justement à décider si oui ou non, ces interdictions sont toujours justifiées 25 ans plus tard. Pour l’agence Publicis, leur levée représenterait une manne économique de 130 à 190 millions d’euros pour les chaînes de télé !

Une dynamique de prospection pour faire face aux Géants du Web

Au-delà de l’effet purement mécanique d’ouverture de la publicité à de nouveaux secteurs, la consultation s’est également penchée sur le cas de la publicité adressée, c’est-à-dire d’une publicité adaptée selon le téléspectateur.

Actuellement, Médiamétrie met à disposition les audiences des chaînes en fonction des CSP (catégories-socio-professionnelles) classiques, de l’âge et du sexe des téléspectateurs mais les informations dont disposent les annonceurs pour choisir leur créneau idéal de diffusion de leur message s’arrêtent ici.

La publicité adressée se base sur la géolocalisation ainsi que sur les comportements d’achat des téléspectateurs recueillis grâce au décodeur TV/Internet. Ainsi, les annonceurs font passer leur message à la population qu’ils estiment pertinente avec le plus de précision possible. Cette pratique, déjà expérimentée en Angleterre par les chaînes Sky et Virgin n’est donc pas de l’ordre de la science-fiction.

Pouvoir proposer aux annonceurs ce type de prestation semble essentiel si les chaînes de télévision veulent lutter contre les Géants du Web. En effet, grâce à la publicité programmatique basée sur le recueil de données et les algorithmes, ces derniers s’adressent directement et avec pertinence aux populations ciblées ce que ne peut pas la télévision actuellement. Cependant, la publicité adressée replacerait la TV au même niveau de pertinence.

Reste à savoir si l’Etat français l’autorisera sachant qu’elle pourrait générer 200 millions d’euros d’ici 2022 selon le Syndicat national de la publicité télévisée.

 

Sources:

http://www.meta-media.fr/2017/10/18/mipcom-from-tv-to-total-video.html#xtor=EPR-751

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-175056-publicite-segmentee-vers-la-simplification-des-regles-relatives-a-la-publicite-televisee-2123574.php

https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/030689301615-changement-des-regles-dans-la-pub-les-gagnants-et-les-perdants-2121785.php

https://www.lesechos.fr/19/06/2017/lesechos.fr/030393010515_pub-tele—adressee—–un-surcroit-de-revenus-de-200-millions.htm

http://www.csa.fr/Juridical-area/Decrets-et-arretes/Decret-n-92-280-du-27-mars-1992-modifie-relatif-a-la-publicite-au-parrainage-et-au-teleachat-Version-consolidee

http://www.mediametrie.fr/fichiers/bibliotheque/images/produits/tv/mediametrie_valeurs_extrapolation_2013.pdf

Laisser un commentaire