#Evénements #BD : « Comic Con » ou « Quai des Bulles », choisissez votre camp !

Comic Con poster

Etes-vous plutôt comics ou plutôt bande-dessinée franco-belge ?

Il y en avait pour tous les goûts le week-end dernier, et pour cause ! Deux évènements annuels de grande envergure se déroulaient concomitamment :  la « Comic Con » à Paris (PCC) et le festival “Quai des Bulles” à Saint Malo (QDB).
Deux styles et deux histoires différentes, analyse des forces en présences :

Comic Con poster

L’affiche de la Comic Con

Poster Quai des Bulles

L’affiche de Quai des Bulles

 

 

 

 

 

 

Comic Con Paris : à l’américaine

Créée à San Diego en Californie en 1970, ce type de rendez-vous dédié initialement aux fans de comics s’est depuis exporté dans de nombreuses villes aux Etats Unis mais aussi plus récemment à Londres et enfin à Paris depuis peu.

Pour sa 3 ème édition seulement dans l’Hexagone, cette convention se revendique déjà comme la plus grande manifestation de France consacrée aux comics avec plus de 30 000 visiteurs sur 3 jours. Il lui reste encore un long chemin avant de tutoyer les sommets d’affluence atteints pour la référence au niveau européen : Lucca Comics and Game en Italie qui attire en moyenne 200 000 personnes.

Organisé par la société Reed Expositions France et situé dans le Hall de la Villette, il était possible d’y rencontrer une centaine d’artistes invités issus des univers des super-héros, de la science-fiction, de l’Héroic Fantasy et du fantastique.

Ce sont donc non seulement des amateurs de comics qui ont fait le déplacement pour rencontrer leurs auteurs favoris dans l’Artist Alley (tels Tim Sale : dessinateur emblématique de Batman ou bien Don Rosa : créateur de La Jeunesse de Picsou) ou sur les stands des éditeurs présents (Glénat Comics, Panini, Bliss Comics…) ; mais également des « sériephiles » pour découvrir en avant-première des épisodes de la série « Stranger Things » et rencontrer des acteurs connus (tel que l’interprète d’Iron Fist) en espérant repartir avec une signature ou une photo; ou encore des cinéphiles qui viennent célébrer les 40 ans de la saga « Star Wars ».
C’était aussi l’occasion pour les « cosplayeurs« , à savoir des personnes qui essaient de reproduire à l’identique des costumes emblématiques des personnages issus de diverses licences, de défiler et montrer leurs plus belles créations dans les allées du salon et lors d’un grand concours.

Les organisateurs ont pensé à tout le monde puisqu’ils proposaient une vingtaine de conférences sur des thèmes variés, de « la diversité dans les comics » à « Buffy contre les Vampires, 20 ans déjà ».
Les activités sont nombreuses et les exposants rivalisent d’imagination en terme de brand content pour valoriser leurs produits, tel Netflix qui reproduit grandeur nature un décor culte de sa série Stranger Things, Happy Birth Dead (film d’horreur à paraître) qui propose des tournois de bière pong, ou Disney qui propose une exposition consacrée à l’univers de Star Wars. 

Le culte originel du comics de super-héros s’est donc mué peu à peu en une célébration de la « pop culture » dans son ensemble, regroupant donc des publics très variés que les médias aiment à regrouper sous l’appellation « geeks » mais qui n’ont véritablement en commun que le fait d’être passionnés par des univers qui les font rêver, quel que soit le média d’expression .

Cette communauté est donc très importante, et cela se constate sur les réseaux sociaux où la PCC regroupe pas moins de 6 800 followers sur Instagram et cumule plus de 63 000 likes sur Facebook

 


Comic Con : Un évènement qui donne un coup de projecteur sur le travail des artistes et éditeurs français dans le monde du comics

 

 

Quai des Bulles Saint Malo : le modèle français

Dans le même temps, à environ 400km, se déroulait la 37 ème édition du festival de la BD et de l’image projetée de Saint Malo.
Emanation d’une association d’auteurs, ce festival s’est hissé au deuxième rang des rendez-vous des amoureux de la BD, derrière l’indétrônable Angoulême.
Ce sont au total plus de 41 000 visiteurs qui se sont retrouvés dans la cité corsaire, soit près de 30% supplémentaires que la Comic Con à Paris, un chiffre exceptionnel pour un évènement qui a lieu en province.

 


Présentation du salon

 

Au sein du Palais du Grand Large et durant 3 jours, le public pouvait aller à la rencontre des plus de 600 auteurs invités lors de séances de dédicaces, cafés BD et conférences ; visiter une des nombreuses expositions (Astérix, Sylvain et Sylvette, Breizh Migrants… ) ; assister à l’une des animations originales proposées par la ville (conte à bulle, concert dessiné, projection de films adaptés de BD, chasse aux trésors).

Tous les plus grands éditeurs français et belges étaient de la partie : Delcourt, Dargaud, Dupuis, Le Lombard, Glénat mais aussi des plus petites structures et des indépendants, des bouquinistes, des libraires, des fanzines, des vendeurs de produits dérivés… En bref tous les acteurs qui contribuent à l’existence et à la commercialisation des albums étaient réunis !

Un bel hommage était rendu durant le salon à Michel Plessix, créateur de l’affiche et auteur malouin réputé (dessinateur notamment de Julien Boisvert et du Vent dans les Saules), décédé brutalement durant l’été, à travers une superbe exposition immergeant le visiteur dans l’atelier de ce grand artiste trop tôt disparu.

Enfin, la remise des prix marquait traditionnellement la fin de ce salon, avec cette année plusieurs artistes distingués :
- Clément Oubrerie (Le Royaume du NordAya de Yopougon) pour Le Grand Prix de l’affiche qui récompense un auteur que l’équipe du Festival « apprécie particulièrement« . Il réalisera l’affiche de l’édition suivante.
- Eric Sagot et Fabien Velhman pour Paco les mains rouges chez Dargaud, Prix Coup de cœur
- Gipi pour La terre des fils chez Futuropolis, Prix Ouest France / Quai des Bulles
- Robin Cousin pour Le profil de Jean Melville chez FLBLB, Prix Révélation ADAGP / Quai des Bulles
- Alix Garin, Prix Jeunes Talents
La réputation du festival s’est forgée petit à petit depuis les années 80 par le bouche à oreille. En 37 ans d’existence il est passé d’un rendez-vous de quelques passionnés à une énorme machine.
Cependant, la communauté digitale est bien plus restreinte que celle de la PCC puisque ce ne sont que 426 followers qui suivent le compte Instagram du festival et 7 300 qui likent sa page sur Facebook. Deux éléments semblent expliquer cet écart important avec la Comic Con : la typologie du public avec une majorité d’adultes entre 40 et 60 ans d’une part (QDB) et des millenials entre 16 et 30 ans de l’autre (PCC) et donc des usages différents, ce qui conduit à des stratégies de communication différentes mises en oeuvre par les deux structures : presse locale d’un côté et réseaux sociaux de l’autre.

 

Les deux festivals ont d’ores et déjà annoncés leurs dates pour l’année 2018, toujours durant le même week-end !
Alors serez-vous plutôt Batman au pied de la Tour Eiffel ou Corto Maltese les pieds dans le sable ?
Faites votre choix !

 

 

Sources :

Comic Con :

https://www.actualitte.com/article/bd-manga-comics/retour-sur-l-edition-comic-con-paris-2017-des-stars-et-des-animations/85639

https://www.neonmag.fr/le-meilleur-du-comic-con-paris-edition-2017-496416.html

http://www.leparisien.fr/une/en-images-au-comic-con-a-paris-le-rendez-vous-des-superheros-28-10-2017-7360194.php

http://www.francetvinfo.fr/culture/bd/comic-con-paris-immersion-dans-un-univers-tres-masculin-ou-les-cliches-persistent_2440401.html

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/10/28/comic-con-paris-quels-comics-faut-il-lire-en-ce-moment_5207218_4408996.html

http://www.rtl.fr/culture/cine-series-jeux-video/video-comic-con-paris-rencontre-avec-les-fans-de-stranger-things-7790700038

http://www.livreshebdo.fr/article/30000-visiteurs-et-un-prix-pour-le-3e-comic-con-paris

http://www.20minutes.fr/culture/2154895-20171020-super-heros-20-minutes-comment-etre-invite-comic-con-paris-quand-super-pouvoirs-notoriete

https://www.comic-con-paris.com/programme-comic-con-paris/Le-Programme/Vendredi/

http://www.lefigaro.fr/culture/2017/10/26/03004-20171026ARTFIG00004-geek-ou-pas-cinq-raisons-d-aller-faire-un-tour-au-comic-con-a-paris.php

 

Quai des Bulles :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/saint-malo/quai-bulles-saint-malo-bonnes-raisons-ne-pas-louper-festival-1355811.html

http://www.livreshebdo.fr/article/quai-des-bulles-devoile-son-palmares-2017

https://www.ouest-france.fr/festivals/quai-des-bulles-0/saint-malo-dernier-jour-pour-profiter-de-quai-des-bulles-5344600

http://www.europe1.fr/culture/le-festival-de-la-bande-dessinee-de-saint-malo-debute-vendredi-3476147

http://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/saint-malo/quai-des-bulles-un-peu-de-spirou-en-2018-31-10-2017-11722701.php

Laisser un commentaire