#Adaptations : quel rôle pour l’auteur ?

Lorsqu’un film est adapté, l’auteur cède ses droits et le travail passe entre les mains du réalisateur. L’écriture cinématographique étant bien différente de l’écriture littéraire, le scénario est retravaillé et forcément modifié. Quelle est alors la relation des auteurs avec le futur film ? Ont-ils encore un rôle à jouer ?

Le film, une fois adapté, devient une œuvre à part entière, indépendante du livre duquel il est tiré. Il s’agit d’une nouvelle vision, d’un nouvel éclairage sur une œuvre et non d’une simple retranscription. C’est la vision que semble partager Delphine de Vigan à propos de la récente adaptation de son roman « D’après une histoire vraie », prix Renaudot 2015. L’auteure du best-seller déclare ainsi dans une interview accordée à Allociné lors du festival de Cannes en mai 2017, « dès lors que j’accepte de céder les droits d’un roman, il y a quelque chose qui m’échappe, et je crois que c’est souhaitable comme cela. » Elle confie que déjà en écrivant son livre elle avait en tête les films de Roman Polanski et s’est donc naturellement tourné vers lui pour adapter ce roman. Curieuse de découvrir la vision qu’aurait le réalisateur de son œuvre, elle lui laisse donc le champ libre : « Dans le cas de « D’après une histoire vraie », ça m’amusait vraiment de voir comment un cinéaste, et en particulier Roman Polanski, pouvait s’en emparer pour en faire son œuvre. Car c’est ça une adaptation, c’est un auteur, un créateur, qui s’empare du travail d’un autre. » Ce thriller psychologique a été présenté hors compétition à Cannes au mois de mai et vient tout juste de sortir sur les écrans ce 1er novembre.

Sans titre-1

Cette vision de l’adaptation est en partie partagée par David Foenkinos, bien que ce dernier, également réalisateur, ait adapté ses propres œuvres à l’écran. Dans un entretien avec le Huffington Post il déclare, en revenant sur l’adaptation de son roman « La délicatesse », sortie sur les écrans en 2011 et réalisé avec son frère Stéphane Foenkinos, qu’une bonne adaptation, « c’est une adaptation libre ». C’est cette liberté que lui et son frère se sont laissés en réalisant « La délicatesse », il s’agissait plutôt de se détacher du livre pour favoriser la création, « réinventer l’histoire ». Il ajoute d’ailleurs qu’ « il ne faut pas hésiter à réécrire des personnages, changer les situations », l’essentiel étant de « retrouver l’esprit » du livre sans pour autant chercher à le retranscrire en détails. C’est d’ailleurs pour cette raison mais également pour éviter toute comparaison entre livre et roman que l’auteur se lance à nouveau dans une aventure cinématographique, mais cette fois-ci en ne partant volontairement pas d’un de ses livres mais d’un scénario original écrit avec son frère. « Jalouse » sortira le 8 novembre.

Ainsi, l’adaptation pourrait être vue davantage comme la réinterprétation d’une œuvre vue à travers un regard nouveau, différent, le travail du réalisateur commençant où celui de l’auteur s’arrête.

Sources

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18668271.html

http://culturebox.francetvinfo.fr/cinema/evenements/festival-de-cannes/hors-competition-0/d-apres-une-histoire-vraie-de-roman-polanski-invraisemblablement-plat-256935

http://mobile.lesinrocks.com/2017/05/27/cinema/dapres-une-histoire-vraie-la-tragi-comedie-noire-et-dissonante-de-polanski-11949112/

http://www.huffingtonpost.fr/2017/10/31/dapres-une-histoire-vraie-pourquoi-les-adaptations-de-livres-au-cinema-sont-souvent-decevantes_a_23257945/

Laisser un commentaire