Coco : l’#animation pour petits et grands, morts et vivants

Si sa sortie française n’est prévue que pour le 29 novembre, Coco, le dernier film d’animation du studio Pixar, désormais partie intégrante de Disney, cartonne au box-office mexicain. Le film, qui prend le pari risqué de parler de la mort aux enfants et propose une réflexion sur la mémoire et l’oubli aux moins jeunes, se présente comme « une lettre d’amour au Mexique ».

 

Réalisé par Lee Unkrich (Toy Story, Monstres et Cie, 1001 pattes, Le monde de Némo,) et produit par Darla Anderson (Monstres et Cie, Toy Story 3, mais également Là-Haut et Cars), Coco entraine le spectateur dans un long voyage mexicain entre féérie morbide et mélancolie. Dans la lignée des productions Pixar, le long-métrage allie prouesses d’animation et virtuosité narrative au service d’un univers baroque réussi et d’une puissance émotionnelle unique. De l’aveu de Lee Unkrich, « les meilleurs Pixar sont ceux qui font ressentir toutes sortes d’émotions au public. (…) Nous, on veut faire des films qui marquent, qui restent en vous, qui vous proposent un miroir et vous font réfléchir sur votre propre vie, votre rapport à la famille. » Et de ce côté-là, le film est une réussite. Jonglant entre le monde des vivants et le monde des morts au fil des aventures de l’apprenti musicien Miguel durant « El Dia de los Muertos », la fête des Revenants, Coco traite des thèmes de la disparition et de la mémoire avec grande intelligence.

 

Seule ombre au tableau, si le sujet est si bien maitrisé, c’est peut-être aussi car ces thématiques ne sont pas nouvelles dans l’univers de l’animation, ni même au sein du studio Pixar. Dès 2003, Le Monde de Némo traitait de la question de la mémoire. Dans Là-Haut était déjà abordée la notion des souvenirs et des expériences des personnes âgées. Et le fonctionnement même de la douane entre les deux mondes est empruntée à Monstres et Cie. Cependant, on peut aussi y voir un clin d’œil dans le cadre d’une thématique difficile mais abordée en douceur (les squelettes ont été retravaillés pour paraitre moins effrayants) et avec brio !

 

Pour les plus pressés, Le Grand Rex diffuse le film en avant-première depuis le 15 novembre dernier. L’occasion d’une belle aventure beyond the wall !

 

Sources :

http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Coco-est-un-Pixar-tres-emouvant-mais

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/11/15/coco-fiesta-mexicaine-a-la-vie-a-la-mort_5215029_3476.html

http://pix-geeks.com/coco-interview/

http://people.bfmtv.com/cinema/en-17-jours-seulementcoco-devient-le-plus-grand-succes-d-un-film-d-animation-au-mexique-1301981.html

Laisser un commentaire