La #littératurejeunesse face aux discriminations

Alors que les débats font rage autour de sujets sociétaux tels que le féminisme et le racisme, la littérature jeunesse s’empare plus que jamais de ces questions. L’éducation par la lecture semble primordiale dans un monde qui évolue.

Les héros littéraires, des modèles essentiels 

Suite à l’affaire Weinstein et au mouvement #Metoo, les ouvrages non-sexistes se développent, comme Histoires du soir pour filles rebelles d’E. Favilli et F. Cavallo. Le tome 2 de ce best-seller décrit la vie de femmes importantes, de Néfertiti à Beyoncé [3].

De même, l’auteure I. Bauthian lance une campagne participative pour son roman Face au dragon [4]. L’héroïne Poly n’a rien à voir avec « l’intello » ou « l’introvertie » que l’on a l’habitude de côtoyer dans la littérature jeunesse, c’est une jeune fille mature mais inexpérimentée qui devra accepter que la vie n’est pas une suite de solutions simples.

projets sillex - face au dragon - bauthian

Face au dragon d’Isabelle Bauthian

La tendance relevée en 2013 par une étude de seejane.org où seulement 19,5% des personnages féminins des livres pour enfants ont un travail et des aspirations [3] serait-elle en train de changer ?

La lecture : une éducation autonome

En plus de fournir des modèles aux enfants, la lecture est un moment rassurant pour ceux qui n’osent pas poser de questions de peur de paraître idiots [4]. Lire permet de répondre seul à ses interrogations et de se rassurer sur ses différences.

Les auteurs à la rencontre des jeunes, un impact majeur

S’ajoutant aux bienfaits de la lecture, la rencontre avec l’auteur renforce ces réflexions. Insa Sané a notamment rencontré des élèves de 3e lors du Salon du livre de Gaillac (octobre) autour de Tu seras partout chez toi [1]. Le personnage principal, Séni, est envoyé par ses parents de « l’autre côté de l’océan » pour fuir la guerre.

 tu seras partout chez toi

Tu seras partout chez toi d’Insa Sané

Déclamant en slam des textes percutants et invitant les élèves à faire de même, la rencontre avec l’auteur les a fortement impactés. Il est indispensable d’amener les jeunes à discuter de la tolérance et de l’égalité dans le contexte actuel.

Source :

  1. A.B. « Mini-salon du livre au CDI du lycée Toulouse-Lautrec ». La Dépêche. Mise à jour le 13 octobre 2018 [en ligne]
    https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/13/2887360-mini-salon-du-livre-au-cdi-du-lycee-toulouse-lautrec.html
  2. Marine Chassang Filipe. « Alessandra Sublet : « Je dévore les livres jeunesse, avec et sans mes enfants ! ». MagicMaman.  Mise à jour le 11 octobre 2018 [en ligne]
    https://www.magicmaman.com/alessandra-sublet-je-devore-les-livres-jeunesse-avec-et-sans-les-enfants,3606715.asp
  3. Virginie Fauroux. « Un an après l’affaire Weinstein, comment élève-t-on un garçon « féministe » ? ». LCI. Mise à jour le 9 octobre 2018. [en ligne] https://www.lci.fr/famille/un-an-apres-l-affaire-weinstein-comment-eleve-t-on-un-garcon-feministe-loin-des-stereotypes-de-genre-livres-jeux-jouets-2100522.html 
  4. Estelle Hamelin. « Face au dragon, le dernier roman d’Isabelle Bauthian ». Actusf.com. Mise à jour le 10 octobre 2018 [en ligne]. http://www.actusf.com/spip/Face-au-dragon-le-dernier-roman-d.html

 

Laisser un commentaire