La sculpture à l’honneur à l’occasion de la #FIAC2018

Depuis 1974, Paris accueille la Foire Internationale d’Art Contemporain, lieu de rencontre annuel pour les galeristes, collectionneurs et conservateurs. Pour sa 45ème édition qui s’est déroulé du 18 au 21 octobre 2018, la FIAC regroupait 195 galeries de 27 pays différents.

 

  • La sculpture, incontournable lors de la FIAC 2018

Même si la peinture continue de dominer la FIAC en nombre d’œuvres présentées, la sculpture est elle aussi un art incontournable de l’édition 2018.

Sont exposés des artistes connus et reconnus dans le monde du 2ème art. On retrouve notamment une sculpture en bronze de Louise Bourgeois présentée par la galerie Xavier Hufkens, une œuvre commune aux artistes Daniel Buren et Anish Kapoor (Galerie Continua) ou encore l’œuvre Love de Robert Indiana, artiste issu du mouvement Pop Art américain.

daniel-buren-et-anish-kapoor-a-sei-mani-2018-c-courtesy-the-artists-and-galleria-continua-800x0

Daniel Buren & Anish Kapoor – A sei mani – Photo Ela Biakolwska

5062354

Femme 1960 – Louise Bourgeois – Photo Galerie Xavier Hufkens

robert-indiana-love-1966-1995-800x0

LOVE – Robert Indiana

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Des oeuvres inaccessibles

Comme chaque année, les prix des œuvres d’art sont inaccessibles pendant la foire. Cette année c’est la galerie parisienne Lelong qui remporte le gros lot avec la vente d’une sculpture de Joan Miro. L’Oiseau solaire en bronze s’est envolé cette année pour un montant de 6 millions d’euros selon le Quotidien de l’Art.

loiseau-solaire-800x0

Oiseau solaire – Joan Miro – Galerie Lelong

 

  • La sculpture à la rencontre du public

Même si la foire paraît inaccessible pour le grand public, plusieurs projets sont organisés pour amener l’art dans les lieux publics. C’est le cas notamment du projet « FIAC Hors les murs », qui s’est installé cette année sur la Place de la Concorde, la Place Vendôme, au Jardin des Tuileries et au Musée National Eugène Delacroix mais aussi de “FIAC Project”.

FIAC Hors les murs 

A l’occasion de « FIAC Hors les murs », ce sont plus d’une vingtaine de sculptures qui viennent à la rencontre du public en s’immiscent dans Paris. La plupart sont venues prendre l’air et surprendre parisiens et touristes le temps d’un week-end dans le Jardin des Tuileries. On y retrouve Dorit de Franz West, une sculpture rose pétante haute de 6 mètres installée sur le Fer à Cheval. Elle a fait fureur auprès des passants et sur Instagram.

Au milieu du jardin, on retrouve également des artistes célèbres comme Alexander Calder. Il présente cette année une œuvre mélangeant ses fameux Mobiles/Stabiles intitulée Janey Waney.

Au milieu de ces sculptures colossales, on retrouve au milieu du jardin le travail humoristique de Gilles Barbier. L’ouvre boîte détourne un objet du quotidien pour en faire des requins prêts à dévorer ceux qui osent s’aventurer sur la pelouse ! Cette œuvre invite les passants à jouer avec elle et à se mettre en scène. Son succès se confirme comme pour Dorit sur Instagram.

Sans titre

Dorit de Franz West – Photo Marc Domage

calder

Janey Waney d’Alexander Calder – Photo Marc Domage

ouvre

L’ouvre boîte de Gilles Barbier – Photo Marc Domage

 

 

 

 

 

Mais la « FIAC Hors les murs » a su aussi rencontrer le public en interrogeant des sujets d’actualité. Les 100 étoiles de mer éparpillées sur la Place Vendôme font écho directement au réchauffement climatique et à l’accord de Paris sur le climat. Une dizaine de jours après la publication du rapport du GIEC, l’œuvre du danois Michael Elmgreen et du norvégien Ingar Dragset « To whom it may concern » s’inscrit complètement dans l’actualité et vient déranger les passants en s’incrustant dans un lieu public.

etoilevendome

Elmgreen & Dragset

 

FIAC Projects

Une autre œuvre a su surprendre le public avenue Winston Churchill. La « sculpture documentaire » Rampe cycloïdale de Raphaël Zakras a été commandée par le Centre national des arts plastiques à l’artiste. Il est présenté pour la première fois lors de la FIAC avant de trouver résidence pour 3 ans au Musée des Abattoirs de Toulouse. Cette rampe de skate cycloïdale et non pas en arc de cercle invite littéralement le public, et notamment les skateurs à venir s’y essayer. La sculpture devient alors participative.

158850_fiac-image1

Rampe cycloïdale par Raphaël Zakras – Photo de Maxime Verret

 

Après une telle édition, que nous réservera la prochaine ? Rendez-vous du 17 au 20 octobre 2019 à Paris pour les professionnels et les amateurs d’art, pour une #FIAC2019 certainement pleine de surprises !

 

Sources :

Site officiel de la FIAC - http://www.fiac.com

Artciles de presse :

https://www.galleriacontinua.com/exhibitions/daniel-buren-anish-kapoor-185

https://www.arts-in-the-city.com/2018/09/05/les-10-galeries-incontournables/

https://www.telerama.fr/sortir/fiac-2018-des-coups-de-coeur-aux-croutes-un-peu-genantes,-voici-ce-quon-en-retient,n5856200.php

https://www.huffingtonpost.fr/alexia-guggemos/la-fiac-2018-a-consommer-sur-place-ou-a-emporter_a_23565867/

 

Site spécialisé :

http://www.cnap.fr/«-rampe-cycloidale-»-de-raphael-zarka

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire