#ArtsVisuels : Mots de société « Bonjour, Je m’appelle Cortana » : le courant ne passe pas toujours !

L’intelligence artificielle développée avec des « assistants personnels » de plus en plus nombreux et curieux de nos habitudes a amené l’artiste plasticienne Sylvie Fanchon à s’intéresser au langage de ces machines. Le formatage, la monotonie et la répétition des phrases pré-enregistrées lui apparaît comique voire absurde, ce que l’artiste a souhaité faire transparaître au cours de l’exposition sur la pratique artistique du texte qui a lieu actuellement au FRAC de Franche Comté, à la Cité des arts de Besançon.

Sylvie Fanchon,  »Je m’appelle Cortana »                 
«  Un dialogue avec les collections des deux FRAC de Bourgogne – Franche-Comté
(Commissariat artistique de Sylvie Zavatta et Julie Crenn) - Jusqu’au 13 Janvier 2019

Cortana, l’assistant personnel virtuel développé par Microsoft émet des accroches cordiales qui incitent les utilisateurs à livrer leurs informations personnelles. Cette amabilité permet de cacher le fait que le dialogue entre l’être humain et la machine est absent, l’échange est impossible. Cette neutralité du langage est exprimée par Sylvie Fanchon par un choix d’autocollants formatés, retranscrivant les phrases sans vie émises par le logiciel : il n’y a pas d’espaces entre les mots, qui les rend presque illisibles. Autour des phrases, elle introduit une intervention humaine en déchirant, scotchant, salissant la toile comme une rébellion contre l’autorité de la machine et son omniprésence dans notre quotidien.

 En parallèle, l’Etat français s’intéresse de plus en plus aux œuvres robotisées, il a commandé l’oeuvre « Hommage à Coué » d’Alain Séchas, présente également à l’exposition en Bourgogne, répétant la phrase préenregistrée « Tous les jours, je vais de mieux en mieux » face à un rotorelief hypnotique. Cette fascination des politiques pour l’Intelligence Artificielle se manifeste par un enjeu de domination politique, comme l’avait annoncé Vladimir Poutine en septembre 2017: « Celui qui deviendra le leader dans le domaine de l’intelligence artificielle sera le maître du monde » et Elon Musk, PDG de Space X entreprise astronautique et vol spatial d’ajouter que la « lutte entre nations pour la supériorité en Intelligence Artificielle causera probablement la Troisième Guerre Mondiale ».

La machine devient de plus en plus performante grâce à l’intelligence artificielle. Google travaille sur une intelligence capable de reconnaître de images, avec le deep learning connu sous le nom d’« inceptionisme »qui compare et assimile des milliards d’images en produisant une œuvre d’art.

Une oeuvre de l’IA de Google développée par Deep Dream.

On imagine donc bien que la conquête de la création artistique n’est qu’une étape qui pourrait bien venir bouleverser le statut d’artiste et des procédés de critique de l’art (cf article de Camille Palmieri).

Sources :

-      https://blogs.mediapart.fr/guillaume-lasserre/blog/301018/sylvie-fanchon-et-les-artistes-du-mot

-       http://www.paris-art.com/sylvie-fanchon-frac-franche-comte-je-m-appelle-cortona/

-       http://pointcontemporain.com/je-mappelle-cortana-sylvie-fanchon-au-frac-de-franche-comte/

-       https://chronik.fr/intelligence-artificielle-vers-revolution-geopolitique.html

-       https://fr.wikipedia.org/wiki/SpaceX

https://www.huffingtonpost.fr/2015/09/27/deepdream-inceptionnisme-google-generateur-reconnaissance-faciale-intelligence-artificielle_n_7744484.html

Laisser un commentaire